Les trois variantes instinctuelles

 

Les trois variantes instinctuelles (souvent appelés par erreur « sous-types ») sont un troisième ensemble de distinctions extrêmement important pour comprendre notre personnalité. Un aspect essentiel de la nature humaine réside dans notre « câblage » en tant qu'êtres biologiques. Chacun de nous hérite d'intelligences instinctuelles spécifiques nécessaires à notre survie, en tant qu'individu et en tant qu'espèce. Nous avons tous un instinct de conservation (afin de maintenir le corps en vie et en état de marche), un instinct sexuel (pour nous perpétuer dans l'environnement et à travers les générations), et un instinct social (pour nous entendre avec les autres et tisser des liens sociaux sécurisants).

Alors que nous possédons les trois instincts en nous, l'un d'eux domine notre attention et notre comportement – l'ensemble des attitudes et des valeurs qui nous attirent le plus et avec lesquels nous sommes le plus à l'aise. Nous avons tous également un second instinct utilisé pour aider l'instinct dominant, et un troisième instinct qui est le moins développé – un véritable trou noir dans notre personnalité et nos valeurs. Celui de ces instincts qui se trouve à chacune de ces positions – le plus développé, le moyen, le moins développé – produit ce que nous appelons notre « configuration instinctuelle » avec notre instinct dominant au sommet, le deuxième instinct le plus développé au milieu, et le moins développé à la base.

Ces moteurs instinctuels influencent profondément nos personnalités, et en même temps notre personnalité détermine largement la manière dont chaque personne donne une priorité aux besoins instinctuels. Ainsi, alors que chaque être humain a chacun des trois instincts en lui, notre personnalité nous conduit à être plus concernés par l'un des ces instincts que par les deux autres. Nous appelons cet instinct notre instinct dominant. Il a tendance à être notre première priorité – cet aspect de la vie dont nous nous occupons en premier. C’est quand nous sommes pris dans les défenses de notre personnalité – lorsqu'on descend les niveaux de développement – que notre personnalité interfère le plus avec notre instinct dominant.

De plus, notre type influe sur la manière dont nous approchons nos besoins instinctuels dominants. En combinant notre type avec notre instinct dominant on obtient un portrait beaucoup plus ressemblant de la manière dont notre personnalité fonctionne. En appliquant cette distinction des trois instincts aux neuf types de l'ennéagramme on obtient 27 combinaisons de type et d'instinct dominant qui prennent en compte les différences et les variations à l'intérieur des types. Nous appelons ces combinaisons les variantes instinctuelles.

L' Enneagram Institute propose un test en ligne, le questionnaire des variantes instinctuelles (IVQ en anglais) qui n’est pas disponible en français pour l’instant. On trouvera ci-dessous une brève description des trois instincts.

 

L’instinct de conservation

Les personnes dont c'est l'instinct dominant sont préoccupées par la sécurité, le confort, la santé, l'énergie et le bien-être du corps. En un mot, elles sont soucieuses d'avoir suffisamment des ressources que demande la vie. L'identification avec le corps est un sujet fondamental pour tous : nous avons besoin que notre corps fonctionne bien pour rester en vie et actif dans notre environnement. La plupart d’entre nous dans les cultures contemporaines n'ont pas à faire face à des questions de vie ou de mort au sens strict, et donc l'instinct de conservation tend à se reporter sur la nourriture, l'argent, le logement, les soins médicaux et le confort physique. De plus, ceux dont l'instinct de conservation est la priorité sont en général, par extension, intéressés à maintenir ces ressources chez les autres également. Leur attention va naturellement vers les choses qui sont liées à ces domaines, comme les vêtements, la température, le shopping, la décoration, etc., particulièrement s'ils ne sont pas satisfaits dans ces domaines ou s’ils ont un sentiment de déficience dû à leur enfance. Les types alliés à l'instinct de conservation ont tendance à être plus solides, pratiques, sérieux et introvertis que les types alliés à l'un des deux autres instincts : il se peut qu'ils aient une vie sociale active et une relation intime satisfaisante, mais s'ils sentent que leurs besoins de conservation ne sont pas satisfaits, ils ne seront pas heureux ou se sentiront mal à l'aise. Dans leurs relations primaires, ces personnes sont des « nidifieurs » - ils recherchent la tranquillité domestique et la sécurité avec un partenaire stable et fiable.
 

L'instinct sexuel (ou d'attraction)

Beaucoup de personnes s'identifient au départ à cet instinct parce qu'elles ont appris que les types sexuels sont intéressés aux « relations à deux », mais les trois types d’instincts sont intéressés aux relations à deux pour diverses raisons, et cela ne les différencie donc pas. L'élément clé chez les types sexuels est un désir intense d'intimité et une conscience permanente de la « chimie » entre eux et les autres. Les types sexuels sont immédiatement conscients de l'attraction, ou de son absence, entre eux et les autres. De plus, alors qu'à la base cet instinct est relié à la sexualité, il n'a pas nécessairement trait à des personnes qui s'engagent dans l'acte sexuel. Il y a beaucoup de gens avec lesquels nous aimons nous trouver pour des raisons d'atomes crochus, sans qu'il y ait la moindre intention sexuelle. Néanmoins, nous pourrions être conscients du fait que nous sommes stimulés par la compagnie de certaines personnes, et moins par d'autres. Les personnes de type sexuel sont constamment à la recherche d'une sensation de stimulation et d'intimité dans leurs relations et leurs activités. Ils sont les plus « énergétiques » des trois types instinctuels, et ont tendance à être plus agressifs, plus en compétition, aux commandes, et plus intenses sur le plan émotionnel que les deux autres types instinctuels. Les types sexuels ont besoin d'avoir une grande intimité dans leurs relations principales, sinon ils sont insatisfaits. Ils aiment être impliqués intensément – même être en fusion – avec les autres, et peuvent se trouver désenchantés par des partenaires qui ne sont pas à même de satisfaire leur besoin d'une union énergétique intense. Se laisser aller à un état de « fusion » est pour eux l'idéal, et les types sexuels sont toujours en quête de cet état avec les autres et avec les objets de leur monde qui les stimulent.
 

L'instinct social (ou adaptatif)

Tout comme de nombreuses personnes ont tendance à s'identifier au type sexuel parce qu'elles veulent des relations à deux, beaucoup ont tendance à ne pas se reconnaître dans le type social parce qu'elles ont l'impression (fausse) que cela veut dire être toujours impliqué dans des groupes, des réunions, des fêtes. Si les personnes dont l’instinct de conservation domine sont intéressées à ajuster l'environnement pour qu'elles s'y trouvent plus sûres et confortables, celles dont l'instinct social domine s'adaptent elles-mêmes pour servir les besoins de la situation sociale dans laquelle elles se trouvent. Donc, l'instinct social est très fortement conscient des autres, que ce soit dans des situations intimes ou en groupe. Il est également très sensible à la manière dont ses actions et attitudes affectent ceux qui sont autour de lui. De plus, si les types sexuels recherchent l'intimité, les types sociaux recherchent la connexion personnelle : ils veulent rester en contact avec les autres sur le long terme et être impliqués dans leur monde. Les types sociaux sont très attachés à faire des choses qui auront un impact sur leur communauté, ou même à une échelle plus large. Ils ont tendance à être plus chaleureux, plus ouverts, plus engageants, et plus responsables sur le plan social que les deux autres types. Dans leurs relations principales, ils recherchent des partenaires avec lesquels ils puissent partager des activités sociales, et veulent que leurs intimes soient impliqués avec eux dans leurs projets et leurs événements. Paradoxalement, ils ont tendance à éviter les longues périodes d'intimité exclusive et de solitude tranquille, qu'ils trouvent limitatives. Les personnes de type social perdent leur sentiment d'identité et de signification quand elles ne sont pas impliquées avec d'autres dans des activités qui transcendent leurs intérêts individuels.
 

Copyright © 2017 - Solution de création de sites Internet éditée par EPIXELIC - Administration - webgreen